Le laboratoire SPECTRES

Notre époque tient sur sa propre historicité un double discours : notre temps serait celui des grandes transformations, des « transitions », de « l’adaptation », des « ruptures avec le passé » voire des « apocalypses » ou des « révolutions » ; non moins que celui des « retours », des « pas en arrière » et des « protestations contre le changement ». Il semble que notre présent, ouvert sur l’avenir et tendu vers la nécessité toujours plus impérieuse d’accomplir d’immenses transformations, se trouve en même temps retenu et tiré en arrière par des passés avec lesquels nous ne finissons pas de débattre et de nous expliquer, sans jamais pouvoir en finir avec eux. Il nous a donc paru important de prendre notre présent en quelque sorte à rebours, en interrogeant, plutôt que ses promesses de rupture, de progrès et de transition, les fantômes qui l’empêchent de les réaliser, ou du moins le menacent de ne pas y parvenir.

Il y a en ce sens urgence à réfléchir aujourd’hui à la possibilité que le passé puisse, précisément en tant que tel, ne pas passer et dès lors charger notre présent de « non-contemporanéité (Ungleichzeitigkeit) » (Bloch). C’est dans cette perspective que nous proposons de soumettre à la critique l’idée d’une continuité entre le passé et le présent, parfois élaborée dans un certain rapport à Hegel, à Marx, à la notion de dialectique et au concept d’Aufhebung, soit à l’idée de « relève » (Derrida) du passé par le présent. Il se pourrait bien que le passé ne soit ni relevé, ni dépassé ni integré par le présent, mais qu’il se relève lui-même, en revenant, et fasse ainsi figure de spectre. En ce sens, nous cherchons à conceptualiser la persistance, dans l’actualité, d’un inactuel, et la hantise, au sein du présent, d’un passé non dépassable : une survivance (Didi-Huberman), un traumatisme (Freud), un spectre (Derrida). Pour le demander autrement : l’histoire ne véhicule-t-elle pas des blocs de passé, intacts et infrangibles, qu’elle ne saurait ni remodeler ni transformer ? Puisque des « régimes d’historicité » (Hartog) constituent la perception qu’ont les sociétés de leur passé, de leur présent et de leur futur, nous souhaitons interroger ces régimes, en mettant l’accent sur l’obstination du passé à resurgir dans des moments où on le croyait, précisément, dépassé, ainsi que sur l’efficacité d’une telle résurgence sur les subjectivités et leur rapport au temps.

Les résurgences du passé ne se situent pas seulement sur le plan perceptif ou conceptuel mais se caractérisent également par leur matérialité. Les objets qui circulent et qui sont conservés portent en eux non pas un passé mais le spectre d’un passé qui rebondit jusqu’au présent. La trace, qu’elle soit corporelle, archéologique ou encore documentaire, est une forme matérielle dont l’encrage dans le réel participe à faire ressurgir le passé. Ainsi, le présent est constitué de myriades d’artefacts qui sont comme des échos du passé. Ces échos, il ne s’agit pas seulement de les déchiffrer, selon un paradigme indiciaire (C. Ginzburg), mais aussi comprendre l’empreinte qu’ils laissent sur le présent et les acteurs du présent. Nous souhaitons interroger en quoi les résurgences du passé ont une agentivité sur le présent.

Dans la même veine, les groupes sociaux nous intéressent car ils agissent sur la façon dont le passé ressurgit. Les fantômes ne touchent pas les êtres de manière forcément individualisée. La question des classes, du genre ou des dynamiques sociales produit une spectralisation du passé qui va être différenciée et qui peut être catégorisée. Le surgissement du passé dans le présent peut aussi être pensé sous la forme d’un braconnage (M. de Certeau), où les acteurs, loin d’être de simples réceptacles des fantômes, opèrent une sélection, une prise. Ils participent à redéfinir les spectres, à les rendre lisibles pour les sciences sociales.

Pour mettre à l’épreuve des événements et de la pensée critique cette hypothèse d’un passé spectral,  il nous faut multiplier les perspectives et les techniques d’étude. La question appartient aussi bien à l’historiographie qu’à la philosophie, la littérature, l’archéologie, l’histoire de l’art et la sociologie. C’est pourquoi nous souhaitons inviter des chercheurs spécialisés dans différentes disciplines, dans l’idée qu’elles forment une constellation critique. Le problème intéresse l’esthétique : dans la continuité des travaux d’Aby Warburg et de son concept de Nachleben, l’histoire de l’art théorise le retour inopiné de formes artistiques ; le droit, à travers la question de la jurisprudence et de la récidive ; la sociologie, avec l’idée qu’un certain ethos hante le présent aussi moderne soit-il : Weber pensait l’éthique protestante de la besogne, encore active dans le capitalisme, comme « le spectre de croyances religieuses disparues » ; la psychopathologie : c’est toute la question du traumatisme, de l’intemporalité de l’inconscient et d’un temps dès lors « éclaté » (Green). Nous proposons donc de méditer l’idée de passé indépassable, qu’il s’agit de construire et d’interroger en la mettant à l’épreuve des événements historiques, mais aussi de certains phénomènes anthropologiques, archéologiques, esthétiques et sociaux. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search